31 mai 2013

Kid in the Wood

J'ai toujours aimé jouer avec les animaux des garçons
Les disposer en file indienne, en famille :  "la jungle", "la ferme", "la forêt"
Cet hiver sur le cahier Mister Wood, j'ai dessiné des files d'animaux sur une étagère,
une sorte d'arche de Noé qui permettait de les classer par taille comme dans ce super livre
que Ruben adore "Faites la queue" de Tomoko Ohmura

Ce dessin a été travaillé et retravaillé
Les morceaux de bois assemblés dans l'atelier avec des touches de plexi
Kid in the Wood était né

Destinée au départ à la chambre des enfants, cette nouvelle étagère me sert aussi à faire des installations
par couleur ou par thème
Donc Kid in the Wood est une étagère pour enfants et adultes à l'âme d'enfants ;-)






 Kid in the Wood a retrouvé sur le shop.

27 mai 2013

Passé de mai






C'est sous la pluie qu'elle m'est revenue l'odeur de la luzerne que j'allais porter aux lapins. Je devais avoir l'âge qu'à Ruben aujourd'hui. J'ai revu les gestes de mon grand-père pour ouvrir les clapiers et mes mains hésitantes de peur de me faire croquer un doigt. Je n'avais pas pensé à lui depuis que j'avais planté mes petits pois et mes patates dans le carré du potager qui contient maintenant ses cendres. A l'approche de mes 40 ans, il y a des fantômes qui me visitent un peu plus souvent. Alors ce soir, profitant du soleil je suis allée tondre la pelouse, m'envirer de vert. Je me suis accroupie vers mes courgettes, les trois pieds que la pluie n'a pas fait pourrir pour leur demander de résister, d'attendre encore un peu, il allait bien finir par arriver pour de vrai ce soleil. Je ne suis toujours pas une bonne jardinière mais dans mes gestes j'essaye de mettre un peu de  lui, même si je sais que ça le ferait beaucoup rire de me voir parler à mes légumes ! 

C'est en sortant de la projection du Passé,  qu'il m'est revenu le souvenir précis de ces deux heures dans la cuisine de notre première maison avec Mister Wood à attendre que la fille d'avant trie et emporte ses affaires. Je n'y avais pas pensé depuis des années à ce moment où son passé, ses vies de chat, ses vies d'avant moi, avant nous, étaient sous mon nez. Je me souviens qu'à l'époque j'avais peur de ne pas trouver ma place dans cette vie, peur que la fille d'avant ait laissé un parfum trop fort dans la sienne. 18 ans après je pourrais en sourire  mais c'est peut être cette peur qui me fait marcher à pas de chat, sans déranger les souvenirs qui ne m'appartiennent pas. 

Mai est fait d'odeurs et de souvenirs que la pluie n'effacera pas.

pst : Allez, courrez voir le Passé d'Asghar Farhadi, vous en ressortirez ému, vivant, impressionné par le jeu des acteurs et de Bérénice Bejo. Ce film renferme des dialogues magnifiques et une scène qui m'a boulversé entre un père et son fils dans le métro. "Un film sur la crête des sentiments" dit Pierre Murat, c'est exactement ça.


20 mai 2013

Lectures de mai


Deux livres lus ces derniers jours (au coin du feu ahem ...). Deux voix de femmes, l'une blanche, l'autre noire. Deux voix de l'Amérique. Deux styles très différents. Toni Morrison rôde autour de son sujet, vous enveloppe, vous fait respirer de grandes bouffées d'humanité. Joyce Carol Oates dissèque les coeurs au scalpel, mène son histoire sur la brèche et, comme souvent dans ses livres,  conduie ses personnages au bord d'eux-mêmes. Les deux nous parlent d'intuition  et de secrets enfouis.

Dans "Zarbie les yeux verts" (roman pour ados) , il est question d'une jeune fille qui voit son père et sa mère se séparer. Le père, puissant animateur sportif à la télé, exerce une pression terrible sur son épouse et ses enfants. Dans ce récit assez court, il sera question de choix à faire entre deux parents, de cette petite voix qui vient titiller les certitudes, des apparences et de l'amour d'une mère. La voix de l'adolescence est parfaitement restituée, ce moment où l'on se construit et où le monde s'articule entre "le bien" et "le mal".
(j'ai préféré le lire avant Marius car la fin est dure, on peut en parler après...)

Dans "Home", Toni Morrison raconte le retour à la maison "le pire endroit du monde" de Franck un  soldat qui a fait la guerre de Corée. Franck revient pour sauver sa soeur Cee des mains d'un médecin. Ce roman est construit comme un long poème. La voix de Toni Morriso nous parle d'une voix à la fois douce et nette de ségrégation et des horreurs de la guerre, d'humiliation et de bonté, des fantômes et des mains qui soignent.
 "Ici se dresse un homme", écrit Frank sur une tombe fraîchement creusée, symbole d'un devoir accompli pour pouvoir enfin pousser la porte de chez lui. Home est un conte et un tombeau : celui d'êtres humains que Toni Morrison fait revivre et s'exprimer pour qu'ils ne restent pas des fantômes oubliés, des ombres, des morts en attente de sépulture. Pour qu'ils soient vivants. (in L'express)

14 mai 2013

Les couleurs de mai






En mai, malgré le ciel souvent gris et le feu dans la cheminée, il y a du jaune partout dans ma campagne qui se mêle au vert tendre des champs et depuis ce soir mon petit cognassier est en fleurs <3 p="">
Du jaune et du rose aussi dans les assiettes avec deux recettes :

Salade de fèves : un sachet de fèves de l'ami P., de l'ail, du basilic, des zestes de citron et d'orange, de l'huile et un peu de vinaigre balsamique.
Depuis on l'a aussi testé avec des petits morceaux de feta, un délice !
Si vous avez des recettes avec des fèves comme tout le monde aime ça ici je suis preneuse

Mousse de fromage blanc à la rose :
Battre 4 blancs d'oeuf en neige. Monter 25 cl de crème fraîche en chantilly. Verser 500 grammes de fromage blanc (pas à o % préféré celui à 20 voire à 40 %) dans un saladier et mélanger avec du sirop à la rose (4 grosses cuillères à soupe ou plus à votre convenance)

Mélanger la chantilly avec le fromage blanc. Incorporer délicatement les blancs en neige. Vérifier que le mélange est assez sucré.
Mettre au réfrigérateur au moins 2 heures. 

Je sers cette mousse avec une salade de fraises. L'été je fais aussi une variante avec des zestes de citron et de la menthe fraîche coupée.


5 mai 2013

Il va pleuvoir des soleils






"Mais ne t'inquiète pas Maman, il va pleuvoir des soleils"
C'est Rubinou qui m'a dit cette si jolie phrase ce matin alors que mon moral était down
Fatiguée d'avoir à faire des détours immenses pour sortir du village dont les accès sont bloqués à cause de la crue, fatiguée de voir cette eau traverser l'atelier et innonder le chemin...
Dans le billet de ce soir je ne veux retenir que les petits soleils du week-end
Mon joli tee-shirt perroquet qui m'a accompagné pour voir Benjamin Biolay à Besançon, un concert extraordinaire dans une petite salle. Au bout de 15 minutes, le déclic, BB avait le public dans sa main et c'était parti pour plus de deux heures d'un concert généreux et époustouflant. So good !
Du soleil aussi dans  mon nouveau parfum d'été presque un doudou tant son odeur me rappelle celles de mon enfance es jardins de méditerrannée
Du soleil dans les cheveux de mon petit garçon qui se plaît à me rappeler que dans quelques semaines il aura l'"âge qui a toujours raison" ;-)

1 mai 2013

Lily-of-the-Wood


Lili-of-the-Valley c'est le joli nom du muguet

avec le code 1MAY lors de votre commande Mister Wood
vous offre - 20 % sur les vases Flowers & Wood

Bonne journée fériée, faites ce qu'il vous plaît !