23 avr. 2012

Etranges étrangers




Je me souviens que tu étais la fille populaire, celle qui plait et qui fait corps autour d'elle. Je me souviens qu'il valait mieux être ton amie, ce que je n'étais décidement pas. Tu m'attendais avec tes potes au coin de ma rue. J'avais quoi ... 12 ans, l'âge de mon fils aujourd'hui.  Je me souviens de mon cartable arraché, de mon sac de badges "Touche pas à mon pote" que tu as pris et renversé dans le caniveau en criant "Va les rejoindre tes potes" ...  J'ai relevé la tête en larmes, tu souriais.

Hier soir, j'ai revu ton sourire sur le visage bleu marine.

Etranges étrangers, toujours des années après, bouc-émissaires de la misère, je vous aime.