26 avr. 2012

Cousinade








Il peut faire gris et froid, il peut pleuvoir et même tempêté, on s'en fout on a cousiné !
Et Marius nous a régalé d'un gâteau au yaourt, copeaux de chocolat noir et fleur d'oranger
Yumi !
A très vite mes chéries !

25 avr. 2012

Tangerine






Rhubarbe façon Rose Bakery : en tronçons, au four avec du jus et des zestes d'orange ... Peut se servir aussi avec une crème anglaise ... Yumi !
Mon pommier "Apple Banana" est enfin en fleurs
Mon shawl en cours
...
Je crois que j'ai sucombé au Tangerine ;-)

23 avr. 2012

Etranges étrangers




Je me souviens que tu étais la fille populaire, celle qui plait et qui fait corps autour d'elle. Je me souviens qu'il valait mieux être ton amie, ce que je n'étais décidement pas. Tu m'attendais avec tes potes au coin de ma rue. J'avais quoi ... 12 ans, l'âge de mon fils aujourd'hui.  Je me souviens de mon cartable arraché, de mon sac de badges "Touche pas à mon pote" que tu as pris et renversé dans le caniveau en criant "Va les rejoindre tes potes" ...  J'ai relevé la tête en larmes, tu souriais.

Hier soir, j'ai revu ton sourire sur le visage bleu marine.

Etranges étrangers, toujours des années après, bouc-émissaires de la misère, je vous aime.

19 avr. 2012

April Rainbows

 




19 avril 20 heures
5 ans et un mois que je m'émerveille presque tous les jours sur la route qui va de notre coline à la ville
Photos vite faites avec l'Itruc mais je voulais marquer l'instant magique
La joie qui me remplit d'un seul coup ...
Un arc en ciel double et entier ... Deux trésors à la clé ?



18 avr. 2012

Les couleurs d'avril # 2 #





Avril en blanc
Le vent et la pluie font voler les fleurs dans la campagne
J'ai eu bien raison de faire des provisions
Avril à l'intérieur
A l'abris à contempler les fleurs et la peinture délicate d'Anne en pensant
On t'attend le soleil, on t'attend ...

(ces photos trompreuses ont été prises samedi depuis c'est l'hiver ...)


15 avr. 2012

Le goût du bleu


 



Metin Arditi "La fille des Louganis" Ed Babel Actes Sud
"Dans la beauté solaire de son île grecque, la jeune Pavlina aime celui qu'elle croit son cousin, Aris. Elle ignore le secret qui dévastera pour longtemps la famille : Aris est du même père qu'elle.  "

Au début, il y a la mer toujours présente, le soleil qui frappe dur sur les peaux des garçons qui rentrent au port, ces garçons qu'Aris regarde avec amour et désire alors que Pavlina ne regarde que lui... On est au pays de la tragédie, où tout vole en éclat en une nuit... D'un rapport brutal entre frère et soeur naîtra un enfant que Pavlina devra confier à l'adoption, une petite fille qu'elle n'aura cesse de faire vivre, de chercher...
On arrache son bébé à Pavlina et elle s'arrache à son pays.
A Genève, loin du soleil, même si Pavlina continue à vivre, à travailler, à partager des secrets avec des amies, des nuits avec un mari, son coeur ne fera qu'un bond lorsqu'elle croira reconnaître sa fille sous les traits d'une jeune nageuse ...

Attention, une fois qu'on ouvre ce livre, on ne le referme pas, tellement les images sont là, l'histoire est tendue, les émotions palpables. On assiste impuissante, plein de compassion, à la quête folle de cette femme attachante, si triste sous le soleil.

Jean-Baptiste Del Amo "Le sel" Folio
"Leur famille est ce fleuve aux courbes insaisissables dont il n'est possible de cerner la vérité qu'en l'endroit où la mémoire de tous afflue pour se jeter, s'unifier, dans la mer"

Louise, la veuve d'un pêcheur sétois,  a invité ses enfants à dîner. La perspective de ce dîner fait remonter en chacun d'eux des souvenirs, des rancunes, des regrets, des drames...

Dès la première page, il y a cette citation de Virginia Woolf qui m'a saisie " Ce pourraient être des ilôts de lumière - des îles dans le courant que j'essaie de représenter; la vie elle-même qui s'écoule"... Je crois que tous  les lecteurs de ce livre pourront se reconnaître ou reconnaître des amis, des parents dans les trois enfants de Louise et d'Armand : Fanny, Jonas et Albin...
Trois enfants au destin singulier, tous trois marqués par la dureté et les secrets d'Armand et la soumission et les silences de Louise. Un trio qui vit en parallèle et ne se parle pas et dont le lecteur suit la journée jusqu'au dîner tour à tour.

J'ai mis un peu de temps pour rentrer dans le livre mais une fois les personnages installés, là encore, j'ai été   remuée par cette histoire familiale très forte  portée par une belle écriture et une grande finesse dans la description des émotions.

" Le soleil embrasait avec indifférence les peaux, la pierre, la surface du canal, densifiait et électrisait l'air. Rien ne semblait tangile, mais perçu à travers une épaisseur de verre brut"...

Mon frère et ma soeur sont les meilleurs confidents pour parler de notre famille ... Et souvent on est étonné de la version de l'autre sur tel ou tel évènement qui a marqué notre enfance. Leurs regards sur notre passé commun, mais pas "si commun", est très important pour moi.  Ce livre m'a rappelé par moments le très joli film de Pascale Ferrand (bien avant le cultissime Lady Chatterley) "Petits arrangements avec les morts". Si quelqu'un a le DVD et veut bien me le prêter je suis preneuse !


12 avr. 2012

Les couleurs d'avril #1#





Un petit gilet de berger fini depuis un moment
Ce modèle la Droguerie se tricote en une pièce
en aiguilles 3,5 ... pour du 6 ans c'est un chouilla longuet mais ce bleu était tellement beau...
Par contre la laine avait tendance à boulocher et j'ai fini par passer le gilet en machine, ce que je ne fais jamais avec mes tricots, et là le cycle laine a fait des merveilles !

Donc finalement je vous recommande ce bleu Klein gamme Evasion de chez Bouton d'Or
100 % Merinos

Rubinou peut donc continuer à se salir dans le jardin ;-) sans que je l'oblige à quitter "ses habits pour faire joli sur les photos de maman" pour mettre les affreux survêtements (humour inside)


Ces photos laissent à penser que ce cher ange cueille un bouquet pour sa maman adorée qui tricote pour lui avec ammmmour... Mais les images sont trompeuses, il n'en n'est rien. 
Cet enfant biobio se cueille une petite salade de fleurs qu'il mange en regardant les Barbapapa ... 
Je sais c'est fou ... 

9 avr. 2012

Plein comme un oeuf !











Un week end de Pâques plein comme un oeuf
Plein d'amis, de familles, de cousines, de bon petits plats, de chasse au chocolat, de petites jupes qui tournent, de rires et de révoltes, de bons vins, de la Joie de l'Espérance, de livres lus et d'autres à découvrir, de désirs...
Et hop hop hop des dates qu'on entoure en mai pour les amis qui, on a de la chance, trouvent que notre maison "c'est vraiment une belle maison de vacances"
Belle Semaine à vous !
Ici tout est Jaune et les biches sont de retour ! Chouette !

4 avr. 2012

Pour eux


Cette photo a été prise la vieille de l'opération du foie de Marius en janvier 2009
Le lendemain à l'aube, lui et moi, allions quitter Mister Wood et Ruben pour une longue hospitalisation à Paris 
Ce que cette photo ne dit pas, derrière nos sourires pour se donner du courage,
C'est la vie d'une famille boulversée par la maladie.
C'est la façon dont on doit tout réorganiser, tout repenser pour faire avec
cette nouvelle qu'on croyait réservée aux autres.
Une hospitalisation loin de la maison - c'est très souvent le cas pour les enfants qui ont des
pathologies rares - c'est un couple,  des frères et soeurs qui sont séparés,  un travail qu'il faut quitter (parfois de très longs mois voire des années)
Ce sont des trajets à payer, des nuits d'hôtel pour voir ses autres enfants, des repas sur place et les factures de la maison, de la vie "dehors".
De la vie à l'hôpital, on ne sait rien, avant d'y être confronté.
On découvre peu à peu, qu'en France, la charte des Enfants hospitalisés n'est pas respectée
que les médicaments ne sont pas pensés pour eux !
On découvre un monde sans Voix, un monde qui vit dans l'attente d'un résultat d'IRM, de prises de sang, de scanners ...
Un monde qui retient son souffle et ses larmes et prie pour des jours meilleurs.
Un monde de soignants désamparés face aux absurdités de l'Etat, face à la rentabilité : il faut dire non à la tarification à l'activité en pédiatrie ! Nos enfants malades n'ont pas à rentrer dans les cases de la rentibilité hospitalière ! Il faut créer plus de postes de pédiatre et valoriser cette profession, sa formation continue. 


Aujourd'hui, Merci, nous sommes toujours 4 sur la photo
mais cette partie de notre vie, nous  ne l'avons pas oubliée et sans la générosité de notre famille, de nos amis, les hospitalisations de Marius auraient été encore plus dures à vivre.

L'AMFE et beaucoup d'autres associations ont porté et signé le Manifeste des Enfants Malades
Pour porter la Voix des enfants et des Parents
Pour faire respecter leurs Droits

Vous trouverez le texte ici : 
Merci de signer la pétition en ligne et de diffuser 
Merci pour eux


2 avr. 2012

Soleil Noir

En boucle depuis que je l'ai acheté, le dernier Dominique A me happe,
me soulève, me donne des frissons...
"Vers les lueurs" un album comme un Soleil Noir
J'attends les phrases que je connais par coeur, celles qui justement me touchent en plein coeur
J'attends la basse, tendue, la batterie et la guitare, puissantes,  et la magie des instruments à vent
Le disque finit trop vite
Je n'en n'ai pas assez
Alors je rappuie sur Play
Je crois que je suis envoûtée ... traversée par les lueurs...


 Les mots qui font boum, boum, boum...

... Je suis sorti des rues, des jardins anxiogènes mais je ne parviens pas aux vallées sereines ... 
... Ostinato,  écorche la peau des rêves ... 
... Des baisers de secours je les chercherais, des gueules de bois d'amour je me remettrais, je ne demande pas la lumière, quelques lumières seulement ...
... Même en plein soleil, on est toujours loin du soleil ... 
... Nous ne possédons rien qui nous possèderait ... 
... Et comment vais-je faire pour te faire passer le goût du feu, comment vais-je faire pour te ramener vers le Bleu ... 
... C'est un jour de chaleur où la vipère attend ... 
... Ce soir tu m'as vu autrement à cause d'un moment, d'une éclipse ...