21 janv. 2010

A mains nues

Quand j'ai laissé mon commentaire chez Clem aujourd'hui, j'ai réalisé que depuis que j'avais vu Bright Star, les mains m'obsédaient. 
J'aime follement ce film et j'ai été fascinée par les gros plans sur les visages et surtout sur les mains, qui se frôlent, qui se cherchent, qui s'entremêlent, qui se serrent fort... Les mains qui traduisent les sentiments.
J'ai un souvenir assez lointain de la Leçon de piano mais je me souviens aussi des mains d'Harvey Keitel robustes et de celles si fines d'Holly Hunter...




Je vous livre mon commentaire sur notre patrimoine que nous demandait Clem...un peu impudique mais qui traduit l'importance des mains qui m'ont entouré, qui m'entourent. Des mains dont il faut aussi savoir retirer la sienne pour avancer, pour faire son bonheur.


Dans mon patrimoine, il y a beaucoup de mains !
Celles de mon grand-père qui retournaientt la terre de son potager après avoir fait "la classe" et qui me donnaient les meilleures fraises du monde à manger
Celles de ma grand-mère qui savaient coudre des merveilles et danser avec les tissus
Celles de mon autre grand-mère qui pétrissaient la brioche comme personne avec des pralines ou du saucisson ;-) 
Celles de ma nourrice en Algérie, des mains qui frappent la musique, qui égrennent la semoule, qui attrapent les lézards sans leur arracher la queue
Celles de ma mère, ce n'est pas descriptible les mains d'une mère, ça vous porte tellement et pourtant il faut apprendre à vivre sans pour avancer
Celles de mon père, toujours en mouvement qui nous ont aidé à construire notre maison
Quand je tiens la main de mes enfants je pense parfois à toutes celles-là, à leur empreinte sur moi...


A cette liste de mains il faut rajouter celles de Mister Wood sans lesquelles je ne suis qu'une fille perdue dans la lande...