28 févr. 2010

De l'ambre et des fleurs d'oranger

Pour Clem à qui j'avais promis des couleurs et des odeurs...

Je me souviens très bien de l'achat de mon premier parfum "Coco" de Chanel avec ma meilleure amie dans une  petite parfumerie du centre ville. La vendeuse à la manucure irréprochable m'avait aspergé des pieds à la tête et en sortant nous avions été prises d'un grand fou-rire tellement "je cocotais" ;-)
Après j'ai découvert "Féminité du bois" de Lutens qui m'a accompagné pendant des années jusqu'à ce que mon nez le reconnaisse sur une collègue que je ne pouvais pas "sentir"... Ce fut radical. 
Une longue période d'errance s'est ouverte alors ... j'ai aimé "L'heure bleue" puis un parfum de Dolce Gabbana dont je ne me souviens plus du nom mais qui sentait exactement la même odeur que notre chambre d'hôtel à Séville où nous avions passé nos fiançailles... 
En 2003, le nez de chez Hermès a créé  "Un jardin en Méditerranée" d'après les souvenirs du Maroc que lui racontait sa mère et en découvrant son odeur je l'ai reconnu. C'était mon parfum, je fermais les yeux et j'étais sous les orangers en fleurs mais il n'est pas assez capiteux pour l'hiver. De fin octobre à fin avril, je porte "L'ambre sultan" de Lutens  et "L'ambre" de Prada, des odeurs me tiennent chaud...

Clem, je ne peux pas passer sous silence la collection de mon ourson qui passe son temps à sentir des pierres d'ambre ou des savons avec une prédilection pour la marque "Marius Fabre" ;-) Ses odeurs préférées sont la violette et le miel (normal pour un ourson me direz-vous...). Il en met dans son armoire, dans son sac avec son doudou, dans la voiture, dans son lit...


25 févr. 2010

La bonne formule # 3

Pour Marie et sa famille qui doivent descendre dans ce joli coin au printemps, un carnet de route entre Hyères et la Presqu'île de Giens en passant par les plages de La Capte où Mister Wood jouait enfant...
Hyères et ses villas magnifiques : une visite guidée des maisons du 19e est organisée par l'office du tourisme et ça vaut le coup !

Les plages et les petites rues de La Capte (son glacier était fermé, on a beaucoup pesté !) / Des maisons de vacances à l'ombre des pins parasols / Avec la pluie, on pouvait se croire en Asie ! Les garçons en ont profité pour inventer la Trotiflaque ;-) !!! (cherche pas j'ai fait breveter on tient un carton !)

Enfin la Presqu'île de Giens. Du haut du jardin derrière l'église on a une vue imprenable sur les marais salants et les plages de l'Almanarre... En bas du chemin, on arrive dans une petite crique aux reflets d'or....Je fais cette promenade à Giens depuis des années et je ne m'en lasse toujours pas !

Alors tu signes Marie ? Et vous ? Demain je vous montre une île de Côte-d'Azur qui ressemble à une île Bretonne (et vu comme j'aime la Bretagne...) !

24 févr. 2010

La vie héroïque de l'oiseau lyre

Un et un, deux, deux et deux quatre, répétez dit le maître...
Le comptable parlait, nous montrait des colonnes d'actifs et de passifs et je regardais la pluie par la fenêtre. C'était donc ça le dernier rendez-vous, l'ultime bilan après dix ans d'activité... J'observais Mister Wood du coin de l'oeil. La fermeture de sa petite entreprise fin décembre pour limiter la casse de la crise représentait autre chose à nos yeux qu'un tableau d'amortissement. 
Un et un deux, deux et deux quatre... Notre pauvre comptable avait le sourire compatissant pour nous expliquer que malgré tout l'addition serait salée. Il calculait, expliquait, me tendait des papiers et je regardais le ciel...
Il faisait nuit et une pluie torrentielle inondait les trottoirs quand nous sommes sortis.
"Allez viens on va manger, on va au ciné...on va oublier..." 
On a mangé en amoureux et bu du bon vin blanc. On s'est réfugié devant "Gainsbourg, vie héroïque" de Joann Sfar. Et dès les premières minutes j'ai adoré. On s'est serré fort. On a rit. On a été ébloui par les trouvailles dans la mise en scène. 
En sortant il ne pleuvait plus, on s'est perdu pour retourner à la voiture. Je crois qu'on avait envie de parler, de partager nos émotions en marchant d'un pas léger, en mélangeant nos enthousiasmes, en chantant la Javanaise, Melody Nelson et  Bonnie and Clyde... 
Ce film n'est pas qu'un biopic réussi c'est une chanson d'amour au cinéma et à l'art, un regard tendre et grinçant sur les cailloux qu'on se trimballe et qui font les artistes...Un film intelligent et émouvant. 
Oubliées les leçons de comptabilité, l'oiseau lyre était passé dans le ciel. 
Je savais qu'on aurait longtemps encore les poches vides mais les yeux pleins de rêves et son bras autour de ma taille. 

22 févr. 2010

La bonne formule # 2

La bonne formule quand il fait tout gris et qu'il tombe des cordes ?
Une bataille d'oreillers ? / Un très bon film  "Fantastic Mr Fox" à voir absolument (même Pad a aimé alors que je le trouvais un peu petit pour le voir) / Braver la tempête pour aller dans un musée aménagé dans un fort et admirer la vue sur la rade de Toulon / Tirer des boulets de canons avec des pommes de pin / Mettre son doigt dans le nez de George / Rêver en regardant ces maisons mauresques du début du siècle ... quand la Côte-d'Azur était tellement élégante...




21 févr. 2010

La bonne formule # 1


Quand je pars toute seule avec les garçons dans ma belle-famille cela me vaut chaque année les moqueries de mes amies sur le thème "C'est bon pour ton auréole" ou "Fais gaffe t'as les ailes qui poussent..." Et ça me fait sourire... Pour leur rendre raison, c'est vrai qu'il n'est pas toujours facile de trouver le bon rythme entre des grand-parents âgés et des garçons qui ont soif d'aventures...C'est Ruben cette fois qui m'a donné la clé en proposant dès le premier jour d'inventer une potion qui rend heureux...Les restes de chocolat chaud, de limonade, de coca, de jus de pomme et quelques rondelles de citron ont fait l'affaire. "Ca pique un peu mais après on est heureux" dit l'ourson. Et tout le monde en a bu. Alors durant une semaine malgré le soleil qui a joué à cache-cache, j'ai essayé de trouver la bonne formule pour oublier l'acide de la potion et n'en garder que les effets secondaires ;-)

Le premier jour nous avons l'habitude de dire bonjour à la mer, de ramasser nos premiers coquillages et cailloux et d'aller saluer la route du Sel à Hyères. Ces moments immuables nous aident à retrouver nos marques.

13 févr. 2010

Sur la route

Sur la route du Sud et des vacances, 
je m'arrête souvent dans une poterie faire des provisions de jaune et de vert !
Je vous invite à sortir de l'autoroute pour découvrir le village de Cliousclat et cette poterie.
Les artisans qui y travaillent sont tous passionnés et adorables. Dans ma collection d'assiettes jaune qui a débuté il y a 15 ans, on trouve une assiette avec un coeur pour le billet d'Isabelle ;-)
A dans une semaine, portez-vous bien !
ps : je m'engage à envoyer la robe Ellis Island à sa destinataire dès mon retour.

12 févr. 2010

Les mains dans les poches !

Pad va mieux, son nouveau truc aujourd'hui c'était de mettre ses mains dans ses poches de jeans !
Yeahhhh !
Même que dans la petite poche on peut mettre trois doigts ! (et des lettres de scrable piquées dans le jeu de maminou...)
Ce soir c'était un peu la fête, on a regardé E.T en famille. Marius a été très ému de la séparation du gentil extra-terrestre à long cou et de son meilleur copain et de la phrase "je serais toujours là", Mister Wood et moi discutions Ray-ban (il en avait à l'époque de la sortie du film et pas moi !) et mon ourson était fasciné de voir "tout ce qu'on pouvait faire tout seul !"

11 févr. 2010

Au placard !

C'est le terme du SPT du jour...

Petit aperçu du placard que j'ouvre le plus souvent depuis 10 jours : celui aux médicaments. 10 jours de virus avec des noms en -ites pour mon Ruben, 10 jours bien longs... Et ce matin c'est Marius qui prenait le relais...La tête dans l'homéopathie, à jongler avec le pédiatre, les appels à Mister Wood pour qu'il passe à la pharmacie, les réunions et le planning chargé au bureau, les allers-retours à midi chez papi-maminou pour embrasser mes petits malades...
Ce matin la course folle était encore au rendez-vous, Mister Wood et moi sommes arrivés en retard au boulot (si c'est pas de la parité ça !) sans avoir eu le temps d'écouter Elisabeth ;-)


Un enfant qui se range tout seul au placard c'est tellement pratique !

8 févr. 2010

Du blanc

Une robe Ellis Island en 4 ans de "C'est dimanche".
Un tissu à pois (marron foncé et sable) et une patte en lin avec 4 vieux boutons de nacre de ma collection 
Une robe  que je me suis appliquée à faire en pensant à tous ces enfants d'Haïti et à leurs familles (la maman du meilleur ami de Marius est partie comme médecin-urgentiste pendant trois semaines là-bas).
Après consultations des copines (merci les filles !), elle est mise en vente à 25 euros.

J'attends mercredi (mon jour off du bureau) et une lumière plus favorable (au secours je veux un nouvel APN !!) pour envoyer mes photos au site, j'y ai déjà repéré plein de tuniques pour mon Ruben et des robes pour mes nièces !


Edit : La robe porte le numéro 826.

7 févr. 2010

Des fourmis dans les jambes...

Encore une semaine avant de partir vers le Sud, je couds du blanc pour Haïti mais mes yeux cherchent du jaune ! Alors je mange des muffins au citron, je laisse le mimosa séché dans son vase et je fais rentrer les oiseaux dans la maison grâce à ce si joli nichoir créé par Charlotte.
Encore une semaine et j'irai voir la mer, je confierai à l'eau salée mes joies et mes peines, je prendrai le bateau pour une journée à Porquerolles et peut-être que les amandiers seront en fleurs...