24 oct. 2009

La colère






Ce matin, Pad s'est levé en me disant que je n'étais pas commode, que j'étais une sorcière...
Levé du mauvais pied, il a traîné sa mine boudeuse toute la matinée ... petit à petit je sentais qu'elle montait.
Un placard qui ne s'ouvre pas comme il veut pour prendre ses chaussures, une maman occupée à préparer le repas de midi et elle a éclaté. Une colère terrible.
Depuis la rentrée, elle revient souvent cette Dame Colère et ses compagnons les cris, les larmes, les pieds qui trépignent et les poings que l'on serre. Pad est pris dans ses filets et semble lui-même dépassé.
Depuis quelques jours au lieu de le consigner dans sa chambre en attendant que la colère parte, je le prends contre moi malgré les coups de pieds qui fusent et je le berce en chantant.
En chantant la chanson d'un jeune garçon qui casse des amandes en attendant sa belle...
Les premières minutes sont douloureuses pour mes oreilles mais petit à petit la colère s'en va...
Alors on cherche ensemble d'où elle est partie : de la terrible boîte à colère, le chemin qu'elle a fait pour arriver aux pieds, aux poings, à la bouche qui crie, aux yeux qui pleurent et comment on a réussi en écoutant la chanson, en respirant à la refaire devenir toute petite...
A chaque étape, comme dans le livre "Le grand monstre vert" on lui dit "Va t'en la colère des pieds", "Va t'en la colère des poings" et à la fin on lui dit "Ne reviens jamais"...
Ma main sur son ventre, je sens le souffle de mon petit garçon s'apaiser jusqu'à la prochaine fois...
Il est long le temps des colères mais mes bras sont assez grands.