30 juil. 2009

J'aime les Parisiennes...

C'est vrai qu'il fait trop beau pour travailler !
Une petite chanson qui me vient en tête
dans ma voiture, sur le chemin du travail ...alors que je laisse mon potager, ma couture, mes confitures, mon hamac et mes bouquins derrière moi pour la journée...et mes loulous chez leur maminou (eux ils sont plutôt super contents d'être les rois du monde...et de la faire tourner en bourrique)
Les Parisiennes ? Un groupe mythique (si, si..) des années 60...qui chantait aussi "Il va falloir se mettre au régime" ...Tout un programme...
Qui fait la choré avec moi ?

29 juil. 2009

L'heure bleue

Pour Marie-Laure, je me dépêche (!) de chercher du bleu...

Le bleu des vacances : Porquerolles, L'île d'Yeu, l'Italie...


Le bleu dans les chambres des garçons


Le Bleu des cadeaux : Un pot de confiture (et un super livre !) / Une boîte de couleurs (et un livre super !) cadeaux d'une belle blogosphère. Merci Agnès et Nouschine.





Bleu comme le silence...

Vous parler de l'heure bleue, ce moment très particulier de la journée décrit par Eric Rohmer dans son film " Quatre aventures de Reinette et Mirabelle".
"L'heure bleue ce n'est pas une heure, c’est une minute. Juste avant l’aube, il y a une minute de silence. Les oiseaux de jour ne sont pas encore réveillés. Et les oiseaux de nuit sont déjà couchés. Et là, là, c’est le silence. (…) Le silence dans la nature, ça fait peur. (…) C’est le seul moment où on a l’impression que la nature s’arrête de respirer. Et ça, ça fait peur !! » 
Je crois que c'est Reinette qui parle à Mirabelle à ce moment-là.
J'ai beau essayer et essayer encore.
Je n'ai jamais pu encore vivre cette mystérieuse "heure bleue"...


28 juil. 2009

Cinéma Paradiso

Cela faisait une semaine que j’avais promis. Samedi on irait voir le dernier Harry Potter. Marius m’a demandé un jour de l’appeler Harry sur mon blog, c’est vous dire sa fascination pour le monde merveilleux et terrifiant de Poudlard !
Samedi, j’avais mille et une choses à faire et pas du tout envie de reprendre la voiture. La séance de 14 h a cédé la place à celle de 17 h30. Marius avait invité une petite voisine, ils m’attendaient tous les deux en regardant leur montre…

Arrivé en ville, il faut vite trouver une place, la séance va commencer.
C’est la première fois que Marius voyait son héros au cinéma. Jusque-là, Harry Potter était acheté en DVD, visionné par les parents une première fois pour savoir quand intervenir puis avec Marius un après-midi. Jamais de Manges-Morts passé 20 heures…avec un garçon aussi émotif !!
Sur les larges fauteuils rouge, j’ai senti mon loulou frissonné, je l’ai entendu rire et surtout, surtout, j’ai vu dans l’ombre sa petite main essuyer des larmes. De celles qui vous font oublier les trucs à faire et les kilomètres…qui vous rappellent comme les émotions sont plus fortes au cinéma !
« Mais il n’est pas vraiment mort ? pas maintenant ? » me souffle-t-il…Je me souviens, petite, avoir poser la même question à ma mère devant …Bambi…en larmes !
Depuis je pleure souvent au cinéma ! Il y a des films qui ont des records de larmes, je ressors titubante, défigurée dans les bras de mon chéri…
Mais la dernière fois, cela faisait longtemps que je n’avais pas autant ri. Mister Wood et moi nous donnons encore la réplique de scènes des « Bancs Publics (Versailles rive droite)» de Denis Podalydès. A voir d’urgence après Harry Potter ;-) !!
Une petite question que j’ai envie de vous poser : vous, quel est le premier film ou dessin-animé qui vous a fait pleurer ?

Marius dans son costume préféré (photo pour le jeu de Capo en janvier 2009)



26 juil. 2009

Happy Sunday Evening # July

Pour le HSE de juillet de Poppy
Un dimanche qui sent les amandes
avec une glace à se damner !
Si vous voulez la recette, un petit mot...
Et pour finir la journée
Une table basse qui sort de l'atelier de Mister Wood
inspirée par une réalisation de la Villa Panza à Varèse
Une table miroir pour voir les arbres depuis notre future terrasse "des parents"
Une table pour voir les traits laissés par les avions dans le ciel
Pour croire que les fleurs poussent dans les nuages...
Merci my love !








Le site de la villa Panza à Varèse (italie région des lacs) : on clique.

La recette de la glace aux amandes pour les gourmandes ...

50 cl de lait d'amande,100 g d'amandes,4 jaunes d'oeufs,100 g de sucre, 1 gousse de vanille fendue et grattée (on peut rajouter quelques gouttes d'extrait d'amande)

Faites légèrement griller les amandes en les passant au four (il faut bien bien surveiller !)

Laissez-les refroidir et hachez-les finement sur une planche (en garder quelques unes entières si comme moi vous aimez croquer dans une amande)

Faites chauffer le lait jusqu'à ébullition et délayez-y les amandes grillées.

Dans une casserole, fouettez les jaunes avec le sucre puis versez dessus le lait avec les amandes.

Remettez l'ensemble sur le feu jusqu'à ce que la préparation soit bien homogène.

Laisser refroidir. Moi je fais le mélange le matin, je l'oublie au frigo pendant la journée et je fais turbiner au goûter ou le soir.

On coupe !

La folie des ciseaux !
Cut cut les boucles de mon Pad...
Vous trouvez ça comment ?
C'est fou comme il fait plus "grand" mon petit dernier ;-)
Cut cut le Liberty
Une tunique Suzanne pour moi
et une tunique des Intemporels pour Pad (merci maman pour les boutonnières !)
pst Sécotine : nous on n'a pas la blouse, on a le sarouel...




25 juil. 2009

On joue ?

Un petit jeu de l'été
Pour celles par encore parties ou déjà revenues
Pour celles qui comme moi aiment jouer 
Pour celles qui veulent gagner...
...Un joli cahier d'Audrey "Bonjour Mademoiselle" et une surprise ! 

La question est : qu'est ce que conduit Marius ? 
On peut répondre plein plein de trucs, 
on peut se creuser les méninges, 
on peut dire n'importe quoi, 
on peut tenter sa chance autant de fois qu'on le souhaite !
on peut même agrandir la photo pour avoir des indices ;-)
on peut jouer jusqu'à mercredi soir tard...



Edit : Oui, Maryse, c'est bien une des machines de l'île à Nantes mais j'attends une réponse plus précise...laquelle ?

Bravo à La Fée B pour sa réponse : un Calamar et à Marie qui a donné la réponse la plus précise : un calamar à rétropropulsion ... ça change tout ! Donc vous avez toutes les deux gagné un cahier Bonjour Mademoiselle d'Audrey (j'ai passé ma commande cette semaine alors dès qu'ils arrivent, les cahiers sont pour vous !)...Merci de me donner votre adresse !



22 juil. 2009

Nains au jardin...

Pendant que leurs parents notent le nom des plantes, s'extasient, rêvent tout haut, prennent des photos...
Ils font quoi les nains dans les jardins ?
...
Et bien, ils jouent à  "super rouge" contre "ultra violet"
Dans un jardin tout en casques de super héros...



Ils devisent sur les volcans et les oeufs de dinosaures cachés dans les cratères...


Pad se fait un nouvel ami...un très joli caniche dans le jardin d'un coiffeur de stars ;-)


et joie ! 
Pad reste à la même place pendant plus d'une minute ! (comment ça il est dans une cage ??)


Heureusement tout fini par d'énormes boules de glace aux parfums aussi exotiques que ces noms de fleurs ...



21 juil. 2009

Lessive en fleurs

Mon coup de coeur au festival des jardins de Chaumont-sur-Loire !
Du linge au soleil... une lessive en fleurs
Des petits vêtements qui doivent leurs couleurs aux plantes tinctoriales plantées en-dessous
Impossible de ne pas penser aux teinturières de la blogosphère : à Nouschine, Marion, Madame Chacha, aux draps de Capo, aux foulards de Nilsou...et aux langes qui attendent bébé 3 chez Emma et aux bavoirs de bébé 4 chez Marie...
Un petit jardin hors du temps où l'on regarde en l'air
Un espace ludique où visiblement les créateurs ont pris du plaisir ! (Anaëlle et Jean-François Madec et Clément Constantin le Jardinier)
Un petit jardin plein de papillons
Des couleurs de vêtements qui changent au fil du temps et des fleurs
J'ai pris en photo la liste des fleurs et des plantes...(je peux vous l'envoyer...)








14 juil. 2009

Une vie de cocagne

Quelques jours de vacances avant les "vraies" du mois d'août. 
Quelques jours sans prendre la voiture... 
Vivre du potager et des framboises cueillies au village à côté
Vivre de vin frais et d'amis attablés
Remplir ses journées de petites choses
Des pots à ébouillanter pour des confitures abricot-gingembre
La tenue de Pad enfin terminée 
Prendre l'air et vivre au ras des champs
Rire de Pad sur son tricycle qui fait les bruitages de Cars (et qui pense réellement que son tricycle fait de la fumée au démarrage !)
Admirer la lumière au lavoir
et celle du paysage après l'orage de grêle hier soir
De la fumée qui sort des combes
Comme un conte de fée
Quelques jours de vie de cocagne à savourer

















Merci à Fred pour son logiciel qui fait des photos vintage ! (analogcolor)

10 juil. 2009

Le goût de l'été


La découper
Voir apparaître cette chair rouge et gorgée d'eau
Regarder le soleil à travers 
Faire les idiots avec une tranche devant la bouche
Rêver des vacances en Toscane
Mordre dedans avec gourmandise
Sentir l'eau et le sucre 
Mordre dedans comme on mord dans l'été
Jouer avec les pépins noirs 
Dessiner un soleil
S'imaginer sous la tonnelle en plein après-midi
Ne laisser qu'un filet blanc sur la coque verte
Reprendre une tranche...jusqu'à plus soif
L'été a le goût de la pastèque.



7 juil. 2009

Paris : quartier d'été

Puisque les nouvelles étaient bonnes, puisque le grand homme de l'hôpital avait une fois de plus trouvé les mots qui apaisent mon coeur de maman... Nous pouvions profiter pleinement de ce week-end parisien :
# des amis, du soleil, des glaces et des pique-niques (merci encore les amis !)
# des expositions (Tati, Calder et le musée Rodin)
# prendre le temps de marcher dans la ville, de s'arrêter à des concerts, d'entraîner les garçons vers un passage couvert où autrefois j'allais livrer des dessins...
# discuter des prochaines vacances des uns et des autres, de l'année écoulée
# faire un peu les boutiques (j'ai dit un peu...)
# savourer tout ça avec un infini plaisir !


Tati à la Cinémathèque ... juste avant la fermeture du soir ! 
Marius est fan !

Paris à ma fenêtre

Palais Royal et Galerie Véro-Dodat (merci Sophie de l'avoir rappelée à ma mémoire)

Une pause sur le toit de Beaubourg après l'exposition Calder 
Une rencontre avec un génie : même Pad a été captivé par cet univers !

Un dimanche matin dans les jardins du Musée Rodin (merci Anne)


3 juil. 2009

Le roi de la bricole...

Il ne siffle pas encore en plantant ses clous mais je sens que ça va venir...
Pad est totalement conquis par le cadeau de son papa...un établi ancien - à sa taille - avec de "vrais outils" (une scie, une pince, un rabot, un marteau et des clous...)
Vous me rappelez le métier de Mister Wood...;-)
J'ai hésité à vous mettre "A quel bonheur d'avoir un mari bricoleur" de Patachou en fond sonore automatique mais comme le prochain billet ne sera que lundi prochain à notre retour de Paris...je me suis dit que vous alliez craquer ;-)
Ps : merci encore pour toutes vos ondes positives ! je sais que ça va bien aller...







1 juil. 2009

Murmures, Murs et l'Orage enfin !

Pour Lisa, les murmures de mes murs.

Ceux de l'intérieur, blancs pour la plupart avec des touches de Mouse's Back de F&B, un gris qui tire sur le taupe.
Sur ces murs beaucoup de tableaux, de dessins, d'affiches qui me rappellent mes vingt ans et la chance que j'avais de travailler dans une galerie d'art en parallèle de mes études. M & V ont été ma deuxième famille... un nouveau regard sur la vie et le monde. L, leur aînée que j'ai bercée, attend ses résultats du bac...



Ceux de l'extérieur, en bois, changent de couleur. Tantôt rose, tantôt gris. Selon le soleil ou la pluie.


L'attente de la pluie...
Hier soir, "il fallait que ça craque". Trop de manque de sommeil, trop de fièvre pour Marius, et ces satanées taches de sang minuscules, insidieuses qui reviennent sous la peau...Trop d'allers-retours chez le pédiatre, d'appels au CHU de Paris et de prises de sang pour une simple trachéite...de celles qui lui valaient avant un séjour à l'hôpital. 
L'orage a éclaté vers 20 heures. L'orage et mes larmes de colère, de fatigue, d'émotions. Le tourbillon de juin a eu raison de mon cerveau droit...Je n'ai rien relativisé, je n'ai pas pris le temps de poser les choses dans le calme...Ah, il était à son aise mon cerveau gauche, il a pu prendre toute la place ! 
La pluie est tombée très fort. J'ai pris Marius dans mes bras et je lui ai dis  que je comprenais sa peur de retourner vendredi faire cet IRM à Paris (c'est l'examen qu'il déteste). Que la peur pouvait faire bouillir le cerveau jusqu'à 40°,  que c'était tellement dur à avaler que ça pouvait donner mal à la gorge. Que j'avais retrouvé mon cerveau droit ;-) 
Ce matin, le jardin était encore trempé. Les pots de fleurs renversés.
La fièvre était partie. 

Un texte d'André Gide qui raconte aussi ô combien ces gouttes qui tombent sont salutaires...(Les nourritures terrestres). 

"Nathanaël, je te parlerai des attentes. J’ai vu la plaine, pendant l’éte, attendre; attendre un peu de pluie. La poussière des routes était devenue trop légère et chaque souffle la soulevait. Ce n’était même plus un désir ; c’était une appréhension. La terre se gerçait do sécheresse comme pour plus d’accueil de l’eau. Les parfums des fleurs de la lande devenaient presque intolérables. Sous le soleil tout se pâmait. Nous allions chaque après-midi nous reposer sous la terrasse, abrités un peu de l’extraordinaire éclat du jour. C’était le temps où les arbres à cônes, chargés de pollen, agitent aisément leurs branches pour répandre au loin leur fécondation. Le ciel s’était chargé d’orage et toute la nature attendait. L’instant était d’une solennité trop oppressante, car tous les oiseaux s'étaient tus. Il monta de la terre un souffle si brûlant que l’on sentit tout défaillir ; le pollen des conifères sortit comme une fumée d’or des branche. - Puis il plut.
J’ai vu le ciel frémir de l’attente de l’aube. Une à une les étoiles se fanaient. Les prés étaient inondés de rosée ; l’air n’avait que des caresses glaciales. Il sembla quelque temps que l’indistincte vie voulût s’attarder au sommeil, et ma tête encore lassée s’emplissait de torpeur. Je montai jusqu’a la lisière du bois ; je m’assis ; chaque bête reprit son travail et sa joie dans la certitude que le jour va venir, et le mystère de la vie recommença de s’ébruiter par chaque échancrure des feuilles. - Puis le jour vint.
J’ai vu d’autres aurores encore. - J’ai vu l’attente de la nuit...
Nathanaël, que chaque attente, en toi, ne soit même pas un desir, mais simplement une disposition à l’accueil. Attends tout ce qui vient à toi ; mais ne désire que ce qui vient a toi."
 
PS: Bon anniversaire mon crapaud cambodgien, je t'attends.